1.centre.s.o.s 2018

Rechercher
  • 1.centre.s.o.s SAPINA

La place de l'ostéopathie en 2019, qu'en pense le peuple?

Mis à jour : 10 déc 2019

Depuis quelques années des études sur ce sujet ont été mené sur différent contient et ont été publié dans divers journaux. La compréhension de la place de l'ostéopathie dans notre société moderne axé sur la pharmacologie et la chirurgie permet de mieux identifier son importance au quotidien auprès de la population. Les pays comme la Suisse, la France et le Canada, Québec observe les tendances actuelles pour mieux orientées notre compréhension.



En Suisse en 2016, les ostéopathes suisses ont vu 6,8% de la population suisse soit 1,7 millions de consultations, pour un coût global d’environ 200 millions de francs suisses.

Les motifs principaux de consultation sont:

  • douleur musculosquelettique (80,9%),

  • les symptômes gastro-intestinaux (10,4%),

  • les symptômes neurologiques (8,1%) et

  • la pédiatrie (8%)

Les quatre premiers motifs de consultation sont proches quel que soit le pays, mais les ostéopathes restent avant tout des thérapeutes prenant en charge les douleurs musculosquelettiques.


Les traitements comprenaient également :

  • des conseils sur l'exercice (34,2%) et

  • la gestion du mode de vie (35,4%).

La plupart des ostéopathes (93,5%) disent donnés aux patients des moyens d’auto-gérer leur symptôme.


Conclusions

En Suisse, les soins ostéopathiques représentent un traitement de première ligne important pour les affections musculo-squelettiques, qui allègent une partie du fardeau des soins dans le système de soins de santé primaires suisse.


En France en 2012, les motifs principaux de consultation sont:

  • douleurs musculosquelettiques : 54,2 %,

  • pédiatrie 11,6 %,

  • radiculopathies/névralgies : 8,1 %,

  • bilans ostéopathiques : 4,6 %,

  • troubles de la sphère abdominale et pelvienne : 4,3 %,

  • céphalées : 3,4 %,

  • Les « Troubles de la sphère ORL », le « stress », les « rhumatismes inflammatoires », les « insomnies » représentent moins de 2 % des motifs de consultations.

Concernant la modalité d’apparition de la douleur :

  • 46,7 % douleurs aiguës (d’origine connue, traumatique et d’origine inconnue) ;

  • 20,4 % douleurs aiguës (d’apparition post-traumatique et d’origine connue) ;

  • 24,3 % douleurs subaiguës (d’installations lentes ou insidieuses) ;

  • 18,8 % douleurs chroniques ;

  • 9,1 % pas de douleur/bilan ostéopathique.

En conclusion, les ostéopathes sont quotidiennement confrontés à des patients douloureux. Les motifs de consultations concernent majoritairement l’appareil musculosquelettique



Au Québec en 2014, l'ostéopathie est une modalité de soins de santé devenant populaire pour traiter la douleur et la fonction du système musculo-squelettique, des organes et de la région de la tête, ainsi que des syndromes somatiques fonctionnels. Elle est principalement recommandée pour la prise en charge des maux de dos, le champ d'activité des ostéopathes est mal défini par ces nombreuses possibilités.


Les motifs principaux de consultation sont:

  • la douleur musculosquelettique (61,9%)

niveau de la colonne vertébrale, du thorax, du pelvis et des membres.

Pour les hommes consultent pour les douleurs lombaires et

Les femmes les douleurs cervicales

  • la pédiatrie et la périnatalité (11,8%),

  • les plaintes liées à la tête (9,1%)

  • les plaintes au système viscéral (5,0%)

  • les préoccupations générales (4,8%)

  • les soins préventifs représentaient les 0,3% restants.

La nature des principales raisons des consultations ostéopathiques, associée à la satisfaction documentée des patients avec cette approche, suggère un avenir pour les soins de santé multidisciplinaires en collaboration, y compris l'ostéopathie.





Sources utilisé dans l'article d'origine: - Vaucher P, Macdonald RJD, Carnes D, The role of osteopathy in the Swiss primary health care system: a practice review, BMJ Open, 2018, 8: e023770. https://bmjopen.bmj.com/content/8/8/e023770 - Morin C, Aubin A, Primary reason for osteopathic consultation: a prospective survey in Quebec, Plos ONE, 2014, 9(9): e106259.https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0106259 - Dubois T, et coll., Douleurs en cabinet d’ostéopathie : étude prospective descriptive des motifs de consultations des patients consultant en cabinet d’ostéopathie, Douleur, 2012, 13, S1 : A59-A60:https://www.em-consulte.com/en/article/762858

- BOB STRIPE, Place de l’ostéopathie dans le système de santé suisse, osteomag.fr, 6 octobre 2018,; http://www.osteomag.fr/infosteo/place-de-losteopathie-systeme-de-sante-suisse/


Pour mieux comprendre voici les résumés d'article traduit

  • Suisse

The role of osteopathy in the Swiss primary health care system:

Paul Vaucher, Roy J D Macdonald, Dawn Carnes


Objectifs

Le but de cette étude était de décrire l'activité ostéopathique et le champ d'activité afin de comprendre le rôle actuel et futur de l'ostéopathie dans le système de santé suisse. Conception

Une enquête par questionnaire comprenant un audit clinique rétrospectif basé sur le dossier du patient. Les ostéopathes de cadre / de diplôme

avec un diplôme national (n = 1086) ont été invités par courrier à participer à un sondage en ligne. Les assistants ostéopathes (n = 84) ont été identifiés par leur association nationale. Questionnaire

L'enquête a été construite à partir d'enquêtes précédentes et sa validité apparente a été testée auprès d'experts, d'ostéopathes et de représentants de patients. Les questionnaires ont été remplis en ligne en anglais, allemand et français entre avril et août 2017. Les ostéopathes ont anonymement rapporté des informations sur eux-mêmes, leur pratique, ainsi que sur le traitement et les soins de quatre patients choisis au hasard qu'ils ont soignés en 2016.


Résultats

Le taux de réponse au sondage était de 44,5% (521/1171). Les données sur les soins ostéopathiques ont été collectées pour 1144 patients et 3449 consultations. En 2016, les ostéopathes représentaient environ 6,8% de la population suisse, pour 1 700 000 consultations et un coût total estimé à 200 millions de francs suisses. 76% des patients ont demandé des soins directement, sans référence d'un autre fournisseur de soins. Peu d'ostéopathes (<1%) travaillent en milieu hospitalier et 46% en isolement dans un cabinet privé. Les nourrissons (âgés de moins de 2 ans) représentaient 10% de tous les patients et 9% des patients étaient âgés de 65 ans ou plus. Les patients le plus souvent sollicités pour le traitement de troubles musculo-squelettiques (81%), la colonne vertébrale étant l'emplacement le plus fréquent (66%). Les traitements comprenaient également des conseils sur l'exercice (34,2%) et la gestion du mode de vie (35,4%). Moins d'un patient sur 10 a été dirigé vers une autre profession de la santé ou un autre fournisseur de soins de santé. Conclusions

En Suisse, les soins ostéopathiques représentent un traitement de première ligne important pour les affections musculo-squelettiques, qui allègent une partie du fardeau des soins dans le système de soins de santé primaires suisse.


Place de l’ostéopathie dans le système de santé suisse

6 octobre 2018  Par BOB STRIPE 


Epidémiologie

Un questionnaire en ligne a été envoyé aux 1086 ostéopathes suisses et aux 84 assistants ostéopathiques entre avril et aout 2017. Seulement 44,5% ont répondu à la sollicitation. De même, les chercheurs ont eu accès à des données sur les soins ostéopathiques sur 1144 patients (3449 consultations). En 2016, les ostéopathes suisses ont vu 6,8% de la population suisse soit 1,7 millions de consultations, pour un coût global d’environ 200 millions de francs suisses. Peu d’ostéopathe travaille en structure hospitalière (moins de 1%) et la plupart seul dans un cabinet libéral (46%) 76 % des patients consultent en première intention. L’âge moyen du patient est de 45 ans, il s’agit plus souvent de femmes (57%). Seul 10% des patients sont des enfants entre 0 et 2 ans.


Quels sont les motifs principaux de consultation ?

Sans surprise, il s’agit de la douleur musculosquelettique (80,9%), puis les symptômes gastrointestinaux (10,4%), les symptômes neurologiques (8,1%) et la pédiatrie (8%). Par comparaison, l’étude MOST en France avait relevé comme motif principal la douleur musculosquelettique (61,6%), suivi de la pédiatrie (11,6%), des radiculopathies (8,1%) et de la sphère abdominale (4,3%). Au Québec, le travail de Chantal Morin avait montré que le motif de consultation premier est la douleur musculosquelettique (61,9%), puis la pédiatrie et la périnatalité (11,8%), les plaintes liées à la tête (9,1%) et enfin les plaintes au système viscéral (5,0%). Les quatre premiers motifs de consultation sont proches quel que soit le pays, mais les ostéopathes restent avant tout des thérapeutes prenant en charge les douleurs musculosquelettiques.


Aspects éthiques

Il apparait que les ostéopathes suisses expliquent leur traitement au patient pour 75,2%, discutent des options de traitement pour 82,6%, des effets secondaires et des risques du traitement pour 78,3% d’entre eux. Enfin, 90,9% donnent les suites du traitement et 72% annoncent à l’avance le nombre de séance nécessaire.


Pratique

Les techniques les plus employées sont les techniques sur les tissus mous (soft tissue techniques) et les techniques articulaires (articulatory techniques) pour 75% des ostéopathes, puis viennent les techniques viscérales à environ 55%, et les techniques crâniennes à environ 52%. Les techniques HVBA n’arrivent qu’en 5ème position pour environ 40% des ostéopathes. La plupart des ostéopathes (93,5%) disent donnés aux patients des moyens d’auto-gérer leur symptôme. Le temps moyen de consultation est de 45 minutes (que ce soit une première consultation ou un suivi) et les soins sont majoritairement prise en charge par les assurances. Pour les patients n’ayant pas une telle couverture, les ostéopathes proposent un prix réduit pour 80,5% d’entre eux. Les auteurs de l’étude relèvent 4 objectifs pour les ostéopathes suisses à partir des données obtenues : – Couvrir les futurs besoins de formations professionnels, – Soutenir et contrôler les standard et la qualité des soins des ostéopathes ayant un exercice isolé, – Améliorer la tenue des dossiers patients, – Améliorer le recueil du consentement et le partage de la prise de décision avec le patient.


  • Québec, Canada

Primary Reasons for Osteopathic Consultation: A Prospective Survey in Quebec

Chantal Morin, Andrée Aubin


Contexte

L'ostéopathie est une modalité de soins de santé de plus en plus populaire pour traiter la douleur et la fonction du système musculo-squelettique, des organes et de la région de la tête, ainsi que des syndromes somatiques fonctionnels. Bien que l'ostéopathie soit principalement recommandée dans les recommandations pour la prise en charge des maux de dos, le champ d'activité des ostéopathes est large, bien que mal défini. Afin de mieux comprendre la pratique de l'ostéopathie, cette étude visait à examiner les raisons les plus courantes des consultations ostéopathiques en milieu clinique au Québec.


Méthode

Une enquête prospective auprès des membres du Registre des ostéopathes du Québec a été menée pour examiner les données démographiques des pratiques ostéopathiques, ainsi que les principales raisons pour lesquelles les patients ont été consultés pendant une période de deux semaines. Le questionnaire a été conçu à la suite d’une revue de la littérature, puis affiné et vérifié avec deux étapes d’expertise.


Résultat

277 ostéopathes (60,1% de taux de réponse) ont répondu à l'avis de l'enquête. 14 002 raisons principales des consultations des patients ont été rapportées dans des questionnaires remplis et renvoyées par des ostéopathes en exercice. Les consultations musculo-squelettiques localisées au niveau de la colonne vertébrale, du thorax, du pelvis et des membres constituaient le motif le plus souvent invoqué pour les consultations (61,9%). Les femmes consultaient plus souvent les douleurs cervicales et les hommes les douleurs lombaires. Les préoccupations périnatales et pédiatriques (11,8%), la tête (9,1%), les viscères (5,0%) et les préoccupations générales (4,8%) étaient les autres motifs de consultation les plus courants. Les soins préventifs représentaient les 0,3% restants.


Interprétations

La nature des principales raisons des consultations ostéopathiques, associée à la satisfaction documentée des patients avec cette approche, suggère un avenir pour les soins de santé multidisciplinaires en collaboration, y compris l'ostéopathie. Les résultats de cette enquête pourraient contribuer à informer les médecins et d’autres patients dans l’attente de la réglementation des ostéopathes du Québec, mais aussi à orienter la recherche clinique future et l’élaboration de lignes directrices.


Douleurs en cabinet d’ostéopathie : étude prospective descriptive des motifs de consultations des patients consultant en cabinet d’ostéopathie T. Dubois a, et coll

Objectif.– L’objectif de l’étude était de décrire les motifs de consultations et les douleurs des patients consultants en cabinet d’ostéopathie.


Description.– Cent ostéopathes ont interrogé 1556 patients de février à mai 2012 à l’aide d’un questionnaire standardisé évaluant :

– les motifs de consultations ;

– la modalité d’apparition des motifs de consultations ;

– l’EVA des patients en début de séance Cette étude a fait l’objet d’une déclaration CNIL (DE-2012-042).


Résultats .– Cent ostéopathes (35 femmes et 65 hommes) ont participé à l’étude. La base de données représente un total de 1556 consultations. Les motifs de consultations les plus représentés sont :

– douleurs musculosquelettiques : 54,2 %, IC95 %[51,8 ;56,6] ;

– pédiatrie 11,6 %, IC95 %[10,0 ;13,2] ;

– radiculopathies/névralgies : 8,1 %, IC95 %[6,7 ;9,4] ;

– bilans ostéopathiques : 4,6 %, IC95 %[3,5 ;5,7] ;

– troubles de la sphère abdominale et pelvienne : 4,3 %, IC95 %[3,3 ;5,3] ;

– céphalées : 3,4 %, IC95 %[2,5 ;4,4].

Les « Troubles de la sphère ORL », le « stress », les « rhumatismes inflammatoires », les « insomnies » représentent moins de 2 % des motifs de consultations. 25 % des patients ont une EVA supérieure à 75,66/100 en début de consultation. L’EVA moyenne est de 64,48/100. Concernant la modalité d’apparition de la douleur :

– 46,7 %, IC95 %[24,1 ;28,4] douleurs aiguës (d’origine connue, traumatique et d’origine inconnue) ;

– 20,4 %, IC95 %[18,4 ;22,4] douleurs aiguës (d’apparition post-traumatique et d’origine connue) ;

– 24,3 % IC95 %[22,2 ;26,5] douleurs subaiguës (d’installations lentes ou insidieuses) ;

– 18,8 % IC95 %[17,8 ;21,8] douleurs chroniques ;

– 9,1 % IC95 %[7,6 ;10,5] pas de douleur/bilan ostéopathique.


Conclusion.– En conclusion, les ostéopathes sont quotidiennement confrontés à des patients douloureux. Les motifs de consultations concernent majoritairement l’appareil musculosquelettique. Cette étude pourrait être un préalable à la mise en place d’une cohorte descriptive de l’évolution de la douleur des patients traités par ostéopathie.




16 vues1 commentaire