Rechercher
  • 1.centre.s.o.s SAPINA

L’inflammation chronique, tueuse silencieuse

Réaction normale du système immunitaire, l’inflammation, lorsqu’elle devient persistante, peut favoriser l’apparition de maladies rhumatismales mais aussi cardiaques ou cancéreuses.

https://www.letemps.ch/sciences/linflammation-chronique-tueuse-silencieuse


Thomas Hügle

Dans le maintien chronique d’une inflammation, il y a un phénomène de cicatrisation pathologique qui s’installe, que l’on appelle fibrose ou sclérose.


La proportion de collagène [une protéine naturellement présente dans nos tissus, qui leur confère leur élasticité, ndlr] a alors tendance à augmenter dans l’organisme. C’est par exemple le cas dans l’arthrite rhumatoïde, une maladie auto-immune fréquente qui ne se limite pas uniquement aux articulations mais peut également toucher d’autres zones du corps, comme les poumons. Cette production excessive de collagène peut conduire, à terme, à un dysfonctionnement, voire la perte de l’organe concerné.


Certaines inflammations se manifestent de manière diffuse, par le biais de symptômes atypiques, comme de la fatigue ou une anémie.


Par ailleurs, une inflammation qui perdure est en mesure d’augmenter le processus de coagulation, tout comme le dépôt cellulaire de cholestérol, raison pour laquelle le risque de maladies ou d’accidents cardiovasculaires s’en trouve renforcé. On sait également qu’en facilitant la transformation de cellules anormales en cellules cancéreuses, l’inflammation peut jouer un rôle dans l’apparition de cancers, comme les lymphomes.


Certaines inflammations se manifestent de manière diffuse, par le biais de symptômes atypiques, comme de la fatigue ou une anémie. Elles sont donc difficiles à diagnostiquer. Une inflammation chronique des grands vaisseaux, comme l’aortite, peut traîner longtemps sans que la personne touchée ne s’en aperçoive vraiment. C’est pourquoi il est primordial, lorsque l’on trouve des signes d’inflammation dans le sang, de ne pas sous-estimer cet élément, d’en trouver rapidement la cause puis de proposer un traitement adapté, qu’il s’agisse d’antibiotiques en cas d’infection, de la cortisone ou de traitements extrêmement ciblés à base d’anticorps dans les maladies auto-immunes.


Le tabagisme, l’hypertension artérielle ou certaines maladies auto-immunes touchant par exemple la thyroïde, sont également en mesure d’engendrer une inflammation chronique, tout comme l’obésité, la sédentarité ou le stress. Par ailleurs, des facteurs environnementaux, comme la présence de moisissures à l’intérieur de la maison, peuvent aussi être en cause.


L’intestin joue également un rôle important…

Il faut savoir que les milliards de bactéries qui composent notre flore intestinale, que l’on appelle le microbiote, vivent dans une forme de symbiose très délicate avec le reste de notre organisme. S’il y a un déséquilibre, une inflammation peut survenir. Dans ce sens, je suis persuadé que notre alimentation joue un rôle important. Les glucides que l’on consomme souvent en excès, sont connus comme étant des aliments pro-inflammatoires. Certaines études ont ainsi montré qu’ils pourraient favoriser l’apparition de maladies auto-immunes, comme l’arthrite ou la sclérose en plaques. Une hypersensibilité ou une intolérance au gluten ou au lactose sont également vectrices d’inflammation pouvant conduire à des douleurs osseuses et de la fatigue.

Il est par contre très important de suivre un régime alimentaire équilibré, avec un apport suffisant en fruits et légumes et donc en vitamines, particulièrement en vitamine D et en antioxydants. Une nourriture riche en fibres peut également être bénéfique en présence d’arthrose.

1.centre.s.o.s 2018